Pàgines

dimarts, 28 d’abril de 2015

ISANGANIRO (3)

  20.05.15

A la Une sur Isanganiro

L’accès aux médias attaqués interdit pour raison d’enquête

aLe procureur général de la République, Valentin Bagorikunda, demande à la police d’interdire l’accès aux locaux de certaines médias qui fait l’objet d’attaque lors du putsch manqué du 13 mai. Dans une (...) ...
Projet Rwaruka dutore mu mahoro

Jeunes, votons dans la paix. Voir votre blog

Report des elections législatives et communales d’une semaine

a Selon des informations de la CENI, les élections communale et législatives initialement prévues pour le 26 mai 2015 ont été reportées jusqu’au 5 juin cette année. Les chefs d’États des pays de la (...) ...





 18.05.15

A la Une sur Isanganiro

Pierre Nkurunziza fait un remaniement ministériel

aLaurent Kavakure, ministre des relations extérieures, Pontien Gaciyubwenge, Ministre de la Défense et Marie-Rose Nizigiyimana, ministre du commerce, voilà les nouveaux visages du gouvernement (...) ...

17.05.15

Le 14 mai 2015 ; un groupe d’hommes progouvernementaux portant des uniformes policières, sont entrés de force dans les enceintes de la Radio Isanganiro, avec l’objetif de détruire la radio. Voici quelques images : A l’entrée de la Radio Isanganiro, ces gens ont tiré des balles pour briser la porte Ils sont entrés au studio par forces et ont tout cassé, c’était vers 12h15 Au studio, ils ont tout cassé : ordinateurs, émetteurs, .......c’était de la sauvagerie, de la folie Il y avait (...)


 16.05.15


Radio Isanganiro a partagé un lien.

La Radio Isanganiro n'émet plus depuis jeudi 14 mai 2015. Elle a été attaquée. On a tiré sur les écrans des machines de montage, les câbles pour abimer les installations, l'ordinateur utiliser pour émettre, les véhicules, etc. Radio Isanganiro ntiriko irashikiriza ibiganiro kuva kuwa kane 14 rusama…
www.isanganiro.org

A la Une sur Isanganiro

 

 

 

Pacifique Nininahazwe appelle à la poursuite des manifestations anti-3è mandat




Après le putsch manqué de mercredi contre le Président Pierre Nkurunziza, les organisateurs des manifestations contre le 3è mandat du président ont appelé les gens à redescendre dans les rues, toujours (...) ...
[→ Lire la suite]


Imatges  du  "faux"  coup  d'Etat...


























































































*************

PETER GUMA KW'I VOLA
16.05.2015

Après le coup d'Etat déjoué par les forces loyalistes, Pierre Nkurunziza est rentré victorieusement à Bujumbura vendredi soir sous des acclamations et euphorie de ses militants - Annonces
www.isanganiro.org
*********

15.05.2015
"UN COUP DE FORCE"

Après plus de 30 heures, les militaires qui avaient annoncé un coup d'état contre le président Pierre Nkurunziza ont annoncé leur reddition. Au début de l'après-midi de jeudi, les putscihstes qui avaient encerclé la Ratio-Télévision Nationale du Burundi, RTNB, avaient lancé un assaut pour prendre…
www.isanganiro.org
************


Général  NIYOMBARE


Radio Isanganiro a partagé un lien.

Alors qu'aucune radio ne fonctionne sauf la RTNB parmi les plus écoutées au Burundi, Cyrille Ndayirukiye, le no02 des putschistes aurait annoncé que le putsch a avorté - Annonces
www.isanganiro.org

A la Une sur Isanganiro

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin

aConfusion totale maintenant, des coups de feu au centre ville, des radios privées attaquées et une autre, du parti au pouvoir complétement détruite jusqu’à présent. Tandis que la radio nationale (...) ...




Le général Niyombare annonce la dissolution du Gouvernement et en premier, met fin au régime de NKurunziza. Il appelle les policiers et les soldats de collaborer dans la sécurité du pays et demande à la population de rester calme. Les manifestants étaient descendus au centre-ville de Bujumbura pour exiger le retrait de la candidature de Pierre Nkurunziza qui était déterminé à briguer ce mandat controversé. Après l’annonce du coup d’état, des milliers et des milliers de résidents de Bujumbura ont (...)





Radio Isanganiro 


C’était samedi 25 avril 2015, le Président burundais Pierre a été annoncé candidat aux présidentielles de juin 2015. Il a fait fi aux appels incessants de partout dans le monde lui implorant de ne pas se porter candidat à la présidence pour le 3è mandat. La société civile burundaise, les partis d’opposition, des membres de son pari, la documentation nationale, la communauté internationale, tous lui ont mis en garde contre toute candidature pour ce mandat le plus contesté. Pierre Nkurunziza a fait sourde (...)
[→ Lire la suite]




a « Elle m’emmena dehors, derrière la chapelle, au cimetière. Elle me montra les tombes, et elle me dit, ‘là-bas repose un homme qui s’est battu pour l’égalité. Là repose un garçon qui est mort dans sa lutte’ ». A l’heure qu’il est, ceux que les autres qualifient de fauteurs de trouble, de criminels, d’irresponsables, etc., ceux qui se taisent au moment où le gouffre s’ouvre devant ou dans le petit Burundi, toutes ces catégories sont, aussi, « Victimes de la situation » aura prédit Lucky Philip Dube. Comme (...) ...Lire la suite





Les manifestations se sont rependues jusque dans certains coins du pays, selon certains des organisateurs dont Pacifique Nininahazwe qui adit que Bujumbura Rural, Mwaro, Bururi et Muramvya se sont joints à la ville de Bujumbura pour protester contre la candidature de Pierre Nkurunziza. Les localités de Jenda, Mukike, Nkakararo, Gisozi, Matana, se sont retrouvés dans la rue selon la société civile pour réclamer le respect des accords d’Arusha en n’autorisant pas le président actuel Pierre (...)

IWACU (3)

















Elections 2015 : un enjeu majeur pour l’avenir du Burundi
Une des clauses du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE du 16 mars est centrée sur la situation politique du Burundi dans le contexte pré-électoral.
Rappelant que le pays ne peut pas manquer cette opportunité au risque d’un retour en arrière, l’UE précise que le rendez-vous d’entre mai et août 2015 participera à la consolidation des progrès accomplis et contribuera à la construction d’un avenir plus solide.
En adoptant le Code électoral, la Feuille de route pour 2015, elle souligne que les partis et acteurs politiques avaient tracé la voie. « Il faut maintenant les respecter dans leur intégralité », recommande-t-elle, saluant les efforts de la Ceni et l’encourageant à assumer son rôle en toute indépendance et impartialité. Ainsi, elle est appelée à assurer la mise en œuvre des mesures correctives à l’enrôlement des électeurs et à renouer le fil du dialogue avec les partis et acteurs politiques tout au long du processus électoral. Un appel lancé également aux institutions concernées.
Aux autorités, l’UE les invite à faire des efforts supplémentaires afin d’assurer le caractère inclusif, paisible et transparent du processus. « Opposition comme majorité portent des responsabilités à cet égard, mais il incombe aux autorités de garantir l’exercice des droits civils et politiques, des libertés fondamentales, y inclus la liberté d’expression et de la presse ainsi que l’indépendance de la justice, dans le respect des lois et des engagements internationaux du Burundi », nuance-t-elle, exprimant ainsi sa préoccupation face aux nombreux cas de poursuites judiciaires visant des leaders des partis politiques d’opposition et des représentants de la société civile. Et par conséquent, estime-t-elle, ces condamnations et arrestations risquent de porter le discrédit sur l’ensemble du processus électoral ainsi que sur le fonctionnement de la justice.
Quid du 3ème mandat ? L’UE se dit très attachée au maintien des acquis de l’Accord d’Arusha, le socle sur lequel la paix et la démocratie se bâtissent après une longue période de guerre civile. Ainsi, les voix en faveur du respect de cet accord ne doivent pas être ignorées surtout au sujet d’un possible 3ème mandat présidentiel. « La sagesse et un esprit de réconciliation doivent guider les autorités burundaises en ce qui est de la gestion de cette question. »
L’UE annonce que sa mission d’observation électorale sera au Burundi à partir d’avril 2015. Et ce pour assurer l’évaluation continue et complète de l’ensemble du processus. Et d’avertir : « Le soutien de l’UE au processus électoral, par la présence de cette mission d’observation et par son appui financier, ne peut se concevoir que dans le cadre d’une compétition électorale inclusive et transparente, ouverte de manière équitable à tous les partis et acteurs politiques ».
L’’UE exprime sa préoccupation face aux allégations d’exécutions sommaires dans les affrontements entre rebelles et armée burundaise du 30 décembre 2014 au 3 janvier 2015. Du reste, elle attend de recevoir les résultats de l’enquête en cours concernant l’assassinat de trois religieuses italiennes en septembre 2014. Selon elle, elle doit être transparente et impartiale.

****************
*******



La Ceni donne sa proposition de calendrier électoral
abbas  Abbas Mbazumutima et Rénovat Ndabashinze   09-06-2015       
Cette mouture rende publique ce lundi 8 juin est contenue dans ce que le président de la Commission électorale nationale indépendante appelle « message technique », une sorte de SOS. 















Vue partielle des participants
L’ambassadeur Pierre-Claver Ndayicariye l’a annoncée devant les représentants du Gouvernement, du Corps diplomatique, des déléguées de la société civile proche du pouvoir et des présidents des partis politiques qui ont entamés officiellement leurs campagnes électorales. 16 partis et coalitions politiques engagés dans la campagne contre la candidature du président Pierre Nkurunziza au troisième mandat n’ont pas pris part à cette rencontre arguant que la Ceni actuelle n’est pas conforme à l’esprit et la lettre de la Constitution.
«La date du 26 juin, est techniquement proposée élections des députés et des conseils communaux, cette marge de manœuvre permettra d’organiser dans les délais les sénatoriales. C’est pour doter le Burundi d’un Parlement devant lequel prêtera serment le président élu», a annoncé l’ambassadeur Pierre-Claver Ndayicariye.
« La date du 15 juillet est suggérée pour l’élection présidentielle. Cela est en droite ligne avec les recommandations du sommet de Dar es-Salaam qui parle d’un report de 45 jours», a proposé le président de la Ceni.

«La date du 24 juillet est conseillée pour l’élection des sénateurs.» Pour l’ambassadeur Pierre-Claver Ndayicariye, malgré la pression du temps, ce scrutin reste facile à organiser car ne concernant que les conseillers communaux élus et se déroulant au chef-lieu de chaque province.
Appelant toute la classe politique à un engagement responsable, le président de la Ceni a déclaré qu’il est temps de prendre de bonnes décisions pour sauver le processus électoral, cela doit «passer obligatoirement pas une reconversion des cœurs et des esprits.»
Selon l’ambassadeur Pierre-Claver Ndayicariye, il y a des dates rouges à respecter pour ne pas tomber dans un vide institutionnel : «La date du 26 2015 août est consacrée à l’investiture du président élu. Elle correspond à la fin du mandat du président élu en 2010.»
Le président de la Ceni a rappelé la date du 9 août 2015 qui marque l’entrée en vigueur du Parlement. Il a insisté aussi sur la date du 8 juillet 2015. «Les conseils communaux doivent être mis en place avant cette date et ce sont ces derniers qui élisent les administrateurs des 119 communes que compte le Burundi», a-t-il insisté tout en précisant que les aspects politiques du processus électorale sont réservés au gouvernement.
Il faut remplacer les deux membres de la Ceni démissionnaires
Le ministre de l’Intérieur, Edouard Nduwimana présent lors de cette rencontre a annoncé une série de mesures, il s’agit notamment de la suspension des mandats d’arrêt lancés contre les organisateurs des manifestations. Mais il y a une condition, il faut que ces derniers arrêtent à leur tour les manifestations. Entre autre annonce, il y a le désarment endéans deux semaines des civils détenant illégalement des armes par la commission nationale chargée de la question.
Le ministre Edouard Nduwimana a également révélé qu’il y a des pourparlers avec « l’opposition radicale », pour remplacer les deux membres de la Ceni démissionnaire. « Si ces tractations n’aboutissent pas, d’autres voies seront explorées », a-t-il déclaré.
Parmi ces annonces, il y a également la sécurisation des hommes politiques de l’opposition, avant, pendant et même après les élections. Des discussions sont prévues pour étudier les contours de la question avec cette «opposition radicale». Le ministre Nduwimana a promis la réouverture prochaine des radios. « Il y a des démarches avancées pour que dans un premier temps, les journalistes travaillent en synergie à la Maison de la presse afin de couvrir notamment les élections», a-t-il révélé avant de déclarer que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour rapatrier les réfugiés se trouvant dans les pays limitrophes. «Une délégation de haut niveau sera dépêchée prochainement dans ces pays d’accueil pour discuter des modalités de retour au pays avant la tenue des élections.»

S’exprimant sur l’absence des représentants des partis d’opposition à cette rencontre, le ministre de l’intérieur a indiqué qu’il est paradoxal de clamer haut et fort que l’on est pour le dialogue et faire son contraire. «C’est clair, ils veulent peut-être saboter le processus électoral. Cette rencontre était une occasion pour donner leurs points de vue sur les propositions de la Ceni et les engagements pris par le gouvernement pour sortir de l’ornière», a conclut le ministre Edouard Nduwimana.







Le rendez-vous du 5 juin est manqué
  La Rédaction   05-06-2015       


En lieu et place de la Ceni, la présidence de la République a attendu la veille pour annoncer le report des élections communales et législatives. Le communiqué est sorti ce jeudi, 4 juin dans la soirée. Il ne précise pas à quand le nouveau rendez-vous électoral est fixé. Il se contente de préciser que c’est dans le strict respect de la décision sortie du sommet des chefs d’Etat de la Communauté Est Africaine tenu en présence des présidents sud africain et angolais, ce 31 mai à Dar es-Salaam.
Pourtant, en début de cette semaine, Pierre Claver Ndayicariye, président de la Ceni, avait promis de mettre à la connaissance du public le nouveau calendrier électoral : « La Ceni a formulé ses propositions au gouvernement, nous communiqueront la décision. »



***********
+++++
***

ANALYSE – Scénarios pour le Burundi
  La Rédaction   26-04-2015        


















Professeur Filip Reyntjens
Par le Professeur Filip Reyntjens*
Ce papier vise à sonner l’alerte sur un très grave danger immédiat. Ce danger commence avec la décision du président Nkurunziza de briguer un troisième mandat présidentiel, écrit le professeur Reyntjens.
La question quant au droit du président burundais Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat lors des prochaines élections présidentielles de juin suscite de vives tensions qui ont déclenché un flux croissant de réfugiés vers les pays voisins. Elle est même parvenue à diviser le parti au pouvoir le CNDD-FDD.
Avant de se pencher sur les scenarii possibles pour le Burundi dans futur immédiat, ce papier aborde brièvement la question constitutionnelle. Deux articles de la Constitution de 2005 sont concernés. L’article 96 dispose que “Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvellement une fois”. L’article 302 qui figure à la section intitulée « Dispositions particulières pour la première période post-transition » est ainsi libellé : « A titre exceptionnel, le premier Président de la République de la période post-transition est élu par l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en Congrès, à la majorité des deux tiers des membres ». Les défenseurs du troisième mandat avancent que le mandat 2005-2010 “ne compte pas” puisque Nkurunziza n’a pas été élu au suffrage universel en 2005. Par conséquent, le mandat 2015-2020 constitue le deuxième et aucunement le troisième. Même si ces pro-troisième mandat ont le bénéfice d’une certaine ambigüité constitutionnelle, leur position est intenable pour au moins deux raisons, sans même devoir invoquer les Accords de paix d’Arusha de 2000 comme certains le font. Un: l’article 302 est une disposition temporaire portant uniquement sur la période 2005-2010. Elle n’est plus en vigueur et ne peut dès lors être invoquée aujourd’hui. Deux et surtout : alors que l’article 96 dispose du nombre de mandats, l’article 302 traite simplement de la modalité de l’élection 2005. Il ne concerne en rien d’autres aspects de la fonction présidentielle, notamment le nombre de mandats. Essayons une démonstration par l’absurde: si la modalité de l’élection présidentielle était amendée, cela signifierait-il que Nkurunziza peut se présenter pour un autre mandat ?
J’aborde maintenant les scenarii spéculatifs cela s’entend qui vont de souhaitables à catastrophiques. Ils sont présentés à titre d’alerte pour montrer que le Burundi peut devenir dans un proche avenir une très dangereuse boîte de Pandore pour la région des Grands-Lacs.
Un. Le CNDD-FDD propose un autre candidat que Pierre Nkurunziza. Le parti dispose de beaucoup de prétendants compétents qui formeraient des présidents convenables (d’autres personnes possibles constitueraient cependant des candidats moins convenables ; Nkurunziza pourrait être tenté par le scénario Putin-Medvedev avec eux). Compte tenu de la grande popularité du CNDD-FDD quoique entamée par la mauvaise gouvernance et les récentes dissensions provoquées par la question du troisième mandat, ce candidat remporterait probablement les élections, même si les élections sont libres et équitables. Comme le stipule la Constitution, Nkurunziza devient alors Sénateur à vie et une personnalité respectée, au pays et à l’étranger, pour sa sage décision et pour avoir privilégié le bien de la nation. Si le candidat proposé est choisi par consensus, le CNDD-FDD retrouve son unité et redevient la principale force politique incontestée et incontestable du pays.
Deux. Le CNDD-FDD propose Pierre Nkurunziza. Il appartient aux institutions compétentes (la Commission électorale nationale et vraisemblablement la Cour constitutionnelle) de déterminer si cette candidature est constitutionnellement admissible, décision à laquelle l’’on peut s’attendre à moins que ces dernières ne fassent montre d’une indépendance inhabituelle. L’opposition, les média, la société civile et l’Eglise catholique se mettent à protester. Les manifestations sont organisées à Bujumbura et dans d’autres villes. De nombreux manifestants sont arrêtés et certains sont tués. La communauté internationale condamne et menace de prendre des sanctions. Les élections sont malgré tout organisées, de façon plus ou moins ordonnée et Nkurunziza est élu. Le régime réprime les manifestations, devient autoritaire et agit comme si de rien n’était. La fatigue et la répression finissent à vaincre l’opposition interne et la communauté internationale qui reprend progressivement l’aide après une suspension momentanée. Le CNDD-FDD se divise en deux factions.
Trois. La candidature de Nkurunziza est violemment contestée. Un grand nombre de manifestants sont tués dans les villes et les opposants à Nkurunziza sont pris pour cibles en ville et à la campagne par la jeunesse du parti CNDD-FDD, les Imbonerakure et les anciens combattants du mouvement. Les factions du CNDD-FDD entrent dans des affrontements violents. La police soutient Nkurunziza, mais l’armée se divise. Les soldats pro et anti-Nkurunziza au sein des unités, ou entre unités, se mettent à se battre. Les politiciens de l’opposition et les membres de la société civile fuient le pays ou entrent dans la clandestinité. L’état de siège est proclamé, et les élections sont reportées sine die.
Quatre. Les dirigeants de l’ancien CNDD-FDD, comme ceux qui se sont opposés à la candidature Nkurunziza et l’ex-président du parti, Hussein Radjabu, ainsi que le FNL aile-Rwasa entament de nouvelles rébellions. Ils récupèrent les armes laissées “en réserves” pendant le processus DDR et se mettent à combattre le CNDD-FDD de Nkurunziza, la police et les éléments pro-Nkurunziza de l’armée. Ils cherchent à constituer des alliances avec les unités de l’armée anti-Nkurunziza. Les combats se déclarent rapidement entre les différents groupes armés de l’opposition pour s’accaparer le plus de territoire possible. Des centaines de milliers se réfugient à l’étranger, tandis que d’autres centaines de milliers deviennent des déplacés internes sans accès humanitaire.
Cinq. Les restes des groupes rebelles de la RDC entrent dans la mêlée. Ils traversent la plaine de la Rusizi, attaquent Cibitoke et Bubanza et avancent sur Bujumbura. La rébellion rwandaise du FDLR saisit l’occasion créée par le chaos burundais et lancent des attaques au Rwanda, avec comme base d’assaut et de repli le Nord-Ouest du Burundi. Quelles soient vérifiées ou pas, des informations affirment qu’un nombre croissant de Tutsi burundais sont ciblés. En application d’une éventualité qu’il a publiquement annoncée quelques mois auparavant, Kagame donne ordre à l’armée rwandaise de contrer cette évolution jugée inacceptable par le régime de Kigali. Les Forces de défense rwandaises entre au Burundi pour intervention appelée « opération humanitaire » visant à « lutter contre le génocide ». Le Rwanda déclare qu’il va restaurer l’ordre après une courte campagne militaire. Les réfugiés et les déplacés intérieurs sont pris entre les feux de plusieurs forces combattantes sur un espace militaire très confus, sans lignes de front claires ni côtés en guerre évidents.
Six. La guerre civile s’étend sur le territoire congolais. Ni l’armée congolaise ni la Monusco ne sont capables de contrôler la situation. Plusieurs milices existantes mais semi-dormantes organisent des opérations « d’autodéfense » au Sud-Kivu. Elles établissent des zones autonomes et créent des enclaves dépourvues de toute présence du gouvernement central. Les troubles se propagent rapidement dans le Nord-Kivu où la rébellion M23 reprend ses actions militaires avec le soutien ouvert ou clandestin du Rwanda. Le conflit burundais est alors devenu une crise réellement régionale qui affecte trois pays et vraisemblablement des millions d’innocents – encore une fois.
Evidemment, ces scenarii peuvent ne jamais se réaliser et s’avérer une pure fiction politique, genre avec des si… Les scenarii sont en fait très peu probables, sauf le premier et le deuxième et peut-être le troisième. Ce sont les décisions prises par les acteurs, très souvent au hasard et en réponse à des menaces ou à des occasions, qui vont déterminer l’évolution de la situation. Cependant, ce papier vise à sonner l’alerte sur un très grave danger immédiat. Ce danger commence avec la décision du président Nkurunziza de briguer un troisième mandat présidentiel. Et c’est là que la ligne rouge doit être tracée. La communauté régionale et internationale doit par conséquent dire très clairement que cela est inacceptable et que la conséquence sera des sanctions extrêmement sévères contre Nkurunziza et ceux qui le soutiennent dans cette aventure potentiellement mortelle. Ces sanctions ne doivent pas s’appliquer uniquement au régime en place mais aussi aux figures de l’opposition qui empruntent des stratégies inadmissibles et dangereuses de tension et de violence. Des actions de médiation devraient venir en premier lieu, suivies par des mesures ciblées comme le refus de visas et le blocage des comptes bancaires ainsi qu’un avertissement préventif de la Cour pénale internationale. Une annonce à tous les acteurs qu’ils sont passibles de poursuites judiciaires, comme ce fut le cas il y a quelques temps avec la République centrafricaine.
_________________________________________________________________________
*Le professeur Filip Reyntjens est un observateur attentif de la région des Grands Lacs depuis plusieurs années. Il a déjà publié de nombreux ouvrages sur le Burundi, Rwanda et Congo, il dirige l’Institut de Politique et de Gestion du Développement, à l’ Université d’Anvers


*************
+++++++
****




“Je voulais avant tout écouter, et mieux comprendre la situation actuelle »
  Antoine Kaburahe   18-03-2015       
Des rencontres avec plusieurs personnalités, un accord bilatéral d’appui à la décentralisation, pour un montant de dix milliards de francs burundais signé … M. Rossier, Secrétaire d’Etat suisse, a effectué un séjour très chargé au Burundi. Entretien.



















M. Rossier, Secrétaire d’Etat suisse

Quelles sont les autorités burundaises que vous avez pu rencontrer?
D’abord, je suis arrivé dans la Province de Ngozi, où j’ai rencontré le Gouverneur Claude Nahayo et où j’ai visité un projet de la coopération au développement suisse qui vise à formaliser les droits de propriété des parcelles privées, le but étant d’augmenter la sécurité foncière pour les paysans et d’éviter des querelles et des conflits. Sur la route pour Bujumbura, j’ai fait étape dans la province de Kayanza, où j’ai eu l’honneur d’être reçu par le Président de la République, Pierre Nkurunziza, qui était en visite dans cette région. Entre autres, nous avons discuté du cadre de l’engagement multilatéral, notamment de la configuration Burundi de la Commission de Consolidation de la Paix des Nations Unies, actuellement présidée par la Suisse. La Suisse se réjouit de l’agrément de votre Président à la poursuite des travaux de cette commission, étant entendu que celle-ci devra étendre ses activités aux questions de développement économique.
A Bujumbura, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Son Excellence Monsieur Laurent Kavakure, Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale, ainsi qu’avec le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, Monsieur Pierre Claver Ndayicariye.
Vous visitez le Burundi à la veille des élections, quel message avez-vous donné à vos différents interlocuteurs?
Je voulais avant tout écouter, et mieux comprendre la situation actuelle au Burundi. Le message clé, que je n’ai pas hésité à transmettre à mes interlocuteurs, était lié à l’importance de l’inclusivité des processus électoraux de cette année. À mon avis, tous les acteurs doivent avoir la chance de participer à la vie politique de manière équitable ; cela comprend la possibilité de se réunir, de faire entendre sa voix et de mener les campagnes électorales sans entrave aucune. C’est la voie royale pour s’assurer que les élections se dérouleront dans un bon climat et mériteront d’être qualifiées de « libres, apaisées et transparentes».
Il y a eu des attaques à Cibitoke (ouest), des emprisonnements (Bob, Pierre-Claver), avez-vous évoqué ces questions avec les autorités burundaises?
Avec mes interlocuteurs, nous avons évoqué ouvertement les affrontements qui ont eu lieu fin décembre 2014 près de la ville de Cibitoke, tout comme les événements du lac Rweru.
La situation des représentants de la société civile et des journalistes d’enquête est un sujet important des consultations politiques entre la Suisse et le Burundi. Je me félicite que Monsieur Bob Rugukira, journaliste et directeur de la Radio Publique Africaine, ait été relâché. La société civile au Burundi, et c’est ce qui distingue votre pays, est vive et dynamique : sa vigueur et son énergie sont des atouts précieux qui doivent être mis à profit pour l’avenir du pays.
A la veille des élections, quel est le message de la Suisse à l’endroit des autorités et envers la population burundaise

Visite terrain du secrétaire d’Etat lors d’une séance de reconnaissance collinaire des droits fonciers avec le gouverneur de Ngozi
Le message est le même : que les citoyens burundais conduisent des discussions publiques sur les sujets qu’ils jugent importants pour leur propre futur, mènent des débats avec la participation de toutes les forces politiques et sociales et choisissent les meilleurs programmes et les plus solides pour guider leur pays. Il est important, dans ce contexte, que ces élections se tiennent en respectant la constitution et l’Accord d’Arusha, fondement de la paix au Burundi. Et que la controverse politique soit certes vigoureuse, mais pacifique et respectueuse des opinions de chacun.



Vous avez rencontré plusieurs acteurs de la vie politique, de la société civile, etc. Vous partez avec quel sentiment?
J’ai passé trois jours intenses au Burundi, traversé une bonne partie de votre magnifique pays, rencontré des gens remarquables et recueilli une myriade d’impressions que je dois encore assimiler. Malgré tous les enjeux et les défis qui vous attendent, mon sentiment est celui d’un pays courageux, qui sait que la diversité est une richesse et qui possède une classe politique expérimentée et une société civile engagée. Enfin, je vous avoue que j’espère vivement pouvoir revenir bientôt au Burundi. Mon rêve serait d’avoir la chance d’y passer quelques jours à marcher dans vos douces collines.


Cour Constitutionnelle   du  BURUNDI
 
















Pontien  Gandiyubwenge,  Géneral  Major



Manifestacions...

A  Muyaga



"voiture  calcinée"   a  la  VILLE
 


Washington ne restera pas les bras croisés sur le Burundi
  Edouard Madirisha   30-04-2015       
Les Etats-Unis sont pour le dialogue et le compromis pour résoudre la crise au Burundi, et prendront des mesures s’il le faut si certaines conditions ne sont pas respectées par Bujumbura. C’est, en général, ce qu’a indiqué le sous-secrétaire d’Etat américain aux droits de l’Homme et à la démocratie dans une conférence de presse.
















Tom Malinowski : « Les choses vont s’améliorer, sinon il y aura des conséquences et pas seulement des déclarations, mais des mesures seront prises. » ©Iwacu

« Comme l’ambassadeur l’a dit, ainsi que Washington, il y aura des conséquences si certaines choses ne sont pas respectées, nous prendrons même des mesures ciblées contre les responsables des violences », a tenu à souligner le sous-secrétaire d’Etat américain aux droits de l’Homme et à la démocratie, Tom Malinowski. C’était lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi après-midi à la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis au Burundi. Il a d’abord rappelé que ce n’est pas son premier contact avec le Burundi, puisque, en 2000, il a accompagné le président Clinton à Arusha lors de la signature de l’Accord d’Arusha. « Un accord qui a permis de résoudre les conflits ethniques et de renforcer la démocratie. Toutes bonnes choses qui sont arrivées au Burundi l’ont été grâce à cet accord qu’il faut protéger avec un consensus national », a souligné M. Malinowski. Il a précisé que la position des Nations-Unies sur le 3ème mandat du président Pierre Nkurunziza est claire et qu’il l’a réitérée au président burundais lors de leur entretien. Pour les Etats-Unis, a souligné Tom Malinowski, seuls le dialogue et le compromis entre tous les acteurs politiques et la société civile peuvent sauver la situation aujourd’hui. « Mais cela n’est pas réalisable tant que des radios sont fermées et des activistes de la société civile arrêtés. » Pour lui, il n’y a pas insurrection lorsque la population exprime son opposition à une décision.
Le climat actuel ne permet pas des élections crédibles…
« Nous lui avons également exprimé notre vive préoccupation sur l’armement des Imbonerakure pour intimider les leaders de l’opposition et les manifestants », a ajouté M. Manilowski. Qui reste convaincu qu’il n’est pas trop tard pour relever la situation avant qu’elle ne dérape.

Conseillant le numéro un burundais, il a indiqué que fermer les radios et bloquer les réseaux sociaux risque d’aboutir à des résultats contraires à ceux escomptés : « Quand la population ne peut exercer son droit aux manifestations pacifiques, elle ne va pas arrêter, mais va trouver d’autres cadres pour le faire. » En répondant aux questions des journalistes, M.Malinowski a souligné que, pour qu’il y ait des élections crédibles, il faut un climat positif, et le climat actuel ne le permet pas. Selon lui, le Chef de l’Etat a également donné sa position sur la situation actuelle, mais M.Malinowski n’a pas voulu en faire part aux journalistes, disant que cela revient au président burundais de le faire. Il a insisté qu’il faut privilégier la liberté d’expression, un espace pour manifester, et arrêter immédiatement des intimidations contre les opposants. L’assistant du secrétaire d’Etat américain a fait savoir que les USA suivent de très près la situation du Burundi, et qu’ils ne resteront pas les bras croisés, comme il l’a dit au président Nkurunziza. « Le Burundi a connu beaucoup des tragédies et, à notre grande honte, rien n’a été fait. Mais aujourd’hui les choses vont s’améliorer, sinon il y aura des conséquences et pas seulement des déclarations, mais des mesures seront prises. »
mai.2015

manifestacions....


La Cour Constitutionnelle vient de franchir le Rubicon !
  Jean-Marie Ngendahayo   05-05-2015       
En dépit de l’esprit et de la lettre de la constitution du Burundi, la Cour Constitutionnelle vient de valider la candidature de Pierre Nkurunziza, le président sortant, comme candidat aux prochaines élections présidentielles.
Tout le monde sait que les membres de cette prestigieuse instance ont subi des pressions de la part du pouvoir. Le Vice-Président de la Cour Constitutionnelle, Sylvère Nimpagaritse, l’a confirmé. Il a fui le pays pour éviter de salir sa réputation et la sacralité de la justice qu’il était appelé à protéger, à dire, à vivre dans une probité sans faille.



 *******
***



Deux candidats aux présidentielles déposent leurs dossiers



  Abbas Mbazumutima   08-05-2015    

   
Il s’agit du président Pierre Nkurunziza pour le compte du Cndd-Fdd et de Gérard Nduwayo, candidat de l’Uprona de Concilie Nibigira. Le porte-parole de la Ceni, Prosper Ntahorwamiye le confirme. Ces deux candidats venaient juste de verser leur caution de 15 millions de Fbu chacun à la BRB.
Signalons que le compte à rebours pour le dépôt des dossiers a commencé pour présidentielles, il ne reste que la journée de ce samedi. C’est au moment où la à la campagne pour les communales et les législative s’ouvre ce dimanche, si rien ne change.
Signalons également que le Président Nkurunziza a déjà signé le Décret no100 / 139 du 7 mai 2015 portant ouverture de la campagne électorale pour les élections des députés et des conseils communaux.




Dépôt de candidature à l’élection présidentielle 2015

Huit candidats à la présidentielle de juin 2015 ont déjà déposés leur dossier de candidature à la CNI. Agathon Rwasa indique que le dépôt de sa candidature n’est pas motivé par celui du candidat Pierre Nkurunziza. D’après lui, l’acte posé par le président Nkurunziza ne signifie pas qu’il n’y a plus de préoccupation par rapport à la violation de la Constitution et de l’Accord d’Arusha. «Tout n’est pas joué. Il faut que le Cndd-Fdd présente un autre candidat.»









 **************

Urgent – Le Général-Major Godefroid Niyombare dépose le président Nkurunziza
  La Rédaction   13-05-2015    
   

Le Général-Major Godefroid Niyombare
13h40. Dans un message radiodiffusé sur les Radio Bonesha FM et radio Isanganiro, le Général-Major Godefroid Niyombare vient d’annoncer qu’il dépose le régime du Président Nkurunziza parti tôt ce matin pour un sommet des Chefs d’Etat de l’EAC sur la crise politico sécuritaire au Burundi.
Signalons qu’une colonne de blindés militaires, de pick-up armés de mitrailleuses suivi d’une foule immense de manifestants en délire se dirige vers le centre ville. Dans les quartiers, c’est la liesse.

..,...
el  final  de  PIERRE  NKURUNZIZA...?




A la Une sur Isanganiro

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin

aConfusion totale maintenant, des coups de feu au centre ville, des radios privées attaquées et une autre, du parti au pouvoir complétement détruite jusqu’à présent. Tandis que la radio nationale (...) ...



15.05.2015



Pour des raisons de sécurité, le Groupe de Presse Iwacu n’est pas en mesure de travailler librement.
Iwacu est donc contraint d’arrêter provisoirement

Merci pour votre compréhension.

Antoine Kaburahe
Directeur du Groupe de Presse Iwacu
antoine(at)iwacupress.info